Pèlerinage intérieur & déclics

Il y a de cela quelques années, j’avais ressenti l’appel en moi de faire un pèlerinage pour mes trente ans. Partir seule un mois sur le chemin de Compostelle. Juste marcher, juste moi avec moi, et faire le point sur ma vie. J’avais pressenti que le cap de la trentaine mériterait un bon bilan !

Entre temps, j’ai rapidement évoqué le sujet avec quelques amies de voyage, car j’aime plutôt la compagnie de mes amies et proches, que la seule mienne. J’aime le partage, la convivialité, la communauté, le fonctionnement en meute soudée.. Et nous partagions l’envie de marcher sur un chemin aux symboles marqués, entre notre présent et l’Histoire..

Puis ma petite fée est arrivée, et j’ai envisagé le pèlerinage sous une forme aménagée, avec elle, un âne, et les amies. Puis un peu plus court. Puis les ânes, en fait après une tentative de quelques heures, cela s’avérait plutôt compliqué à gérer pour moi, difficile d’accepter le rythme qu’ils imposent (pour moi à l’époque impatiente…).

Et puis le temps a avancé, les projets diverses de voyage ont évolué. Projet pèlerinage en pause. J’avais besoin d’autre chose. Non pas de solitude et de calme, mais de voyage et découvertes. Et puis j’ai mis en œuvre de grands changements dans ma vie, au niveau professionnel, familial et sentimental. Et l’idée de pèlerinage s’est envolée de ma tête. J’ai expérimenté, dans les tourments ou la grâce. J’ai avancé sur mon chemin en tant que maman, et que femme. J’ai appris, craqué, enlevé des tas de voiles et de protections, blocages, me suis effondrée, recroquevillée, me suis faîte abîmée et aidée, entourée, guidée… j’ai appris… et à l’aurore de mes trente ans j’ai énormément grandie. Suis encore toute petite, mais tellement plus moi-même, ou en chemin pour être toujours plus moi. J’ai évolué vite. Et la montagne devant moi est encore immense. Mais il y a eu clairement un grand pas dans ma vie à cette période. De libération, de reconnexion, de retrouvailles, d’affirmation… de qui je suis, de mes limites, de mon pouvoir créateur…

Et après une expérience relationnelle particulièrement éprouvante et douloureuse, le pèlerinage s’est subitement réimposé mais à ma façon… Je suis finalement partie une semaine en roadtrip seule sur les côtes de Vendée et de Bretagne pour surfer. Dormir dans ma voiture, au bord de l’océan, dehors en permanence. En mode itinérante, nomade… Moins de marche, mais plus de glisse ! L’océan, la glisse, ont depuis toute petite étaient des moteurs de vie… le windsurf et les voyages, la nature m’ont donné l’envie de vivre.

Pendant ce ‘pèlerinage’, mes proches m’ont manqué et la solitude n’a pas toujours été facile à vivre, comme les souvenirs et les émotions qui me hantaient.. Mais la musique, l’océan, les présences à distance des proches, les présences subtiles des guides, animaux totems, esprits de la nature, Gaia, des rencontres sympathiques.. m’ont nourrie et apportée des moments de plénitude.. j’ai appris à être heureuse dans des moments seule.

Ce fut un pèlerinage à ma façon. Court, intense, en mode intuitif et connecté à l’Univers, la Nature, Gaia et moi-même.

Et bien d’autres déclics ont émergé en quelques jours. Comme des perces neiges qui sortent soudainement du tapis d’humus… un déclic, c’est une prise de conscience profonde. Pas une connaissance ou conviction intellectualisée, ou quelque chose avec laquelle on est en accord. Non c’est profond, c’est imprégné dans tous les cellules. C’est devenu une évidence dans tout notre être, on le ressent, on avance avec cette énergie.. On est transformé ! Et notre énergie aussi ! C’est comme un « téléchargement », selon l’expression de certains (je pense ici à Emeline, Le Bonheur en Lumière). Parfois ces déclics interviennent lors d’un accompagnement par un thérapeute, d’une séance méditative, d’un voyage par la conscience, ou d’une conversation avec une personne éclairée de mon entourage trouvant les mots ou surtout les images qui me parlent et vont faire émerger la prise de conscience, ou parfois ils surviennent subitement comme un cheveu sur la soupe, comme un perce neige émergeant. Au détour d’une réflexion, d’une lecture, d’un mouvement. Plouf, réception d’une image, d’une nouvelle perception, qui va se développer intérieurement comme un film, et dénouer, refaçonner. Et là, c’est en une seconde un profond changement de perception, de regard et d’état d’être ! C’est magique ! Et je sens l’élan de les partager :

  • Un déclic profond et inattendu au niveau de mon rôle de maman. Je ressens enfin que je vais y arriver, à gérer quand je suis seule avec ma fille. Je me sens capable de réussir à vivre sereinement avec elle tout le temps. Je ne me sens plus prisonnière, ni étouffée par mon statut de maman, et même sil y a des moments difficiles ou éprouvants, je sens au plus profond de moi que je vais y arriver. Car au combien je l’aime, au combien nous avons une relation forte et proche, et que c’est une enfant ‘extra’, géniale. Je l’aime plus que tout, comme une enfant et une âmie. Mais je suis une maman « actuelle », au grand besoin de liberté, d’indépendance, et qui vit parfois mal les contraintes de la parentalité. Et qui parfois, au-delà de l’amour, se sent prisonnière… surtout avec une enfant intense, qui a pu être très demandeuse et éprouvante (en écho aussi à mon besoin d’évasion…mes rêveries et parfois de manque d’ancrage…). Alors parfois j’étouffais, je paniquais, je me sentais incapable, dépassée.. en mode survie dans l’attente d’un relai ou d’une aide. Et là, subitement, pfiou, évanouie cette sensation. Le calme, la confiance, la PAIX ont pris leur quartier.

Même si j’ai déjà fait et partagé beaucoup de choses avec elle, je commençais aussi petit à petit à retrouver mes limites, mes moments à moi, et l’évidence sereine en moi que nous deux, nous y arriverons. Qu’avec elle, j’arriverais à vivre mes rêves, et encore mieux, à les partager …

Ce déclic amène un profond soulagement, une joie, une légèreté, tellement appréciables !

Mellryn_maman-reve-windsurf

  • Un autre déclic m’amena à accéder à … la patience ! De nature impatiente, fougueuse, parfois impulsive, combative, (un bon bélier !), j’ai toujours eu tendance à foncer, à partir au quart de tour voire à forcer pour accélérer les choses, arriver plus tôt et plus vite à mon objectif.. Le temps, je voulais le maîtriser ! Je le redoutais, l’appréhendais… un ennemi presque…et ces derniers temps, j’ai expérimenté, j’ai compris, j’ai imprégné les messages sages subtils (l’enseignement de la Tortue J ) ou d’amies, et un nouveau déclic… l’acceptation des bienfaits du temps… le temps qui fait passer les choses, qui permet de prendre de la hauteur… de matérialiser les intentions et créations… Déclic de la patience !!  Alors je sens que tout ce que je souhaite mettre en œuvre à court terme (trouver un nouveau logement, mon camion…),  je ne vais pas précipiter, courir, forcer, urger, entretenir un sentiment d’urgence ou d’impatience… Non pour une fois, je fais la paix avec le temps ! Les choses viendront lorsqu’elles seront prêtes, lorsque je serais prête, lorsque ce sera le « bon moment ». Ah oui, c’était dans mes concepts intellectualisés, parfois appliqués, largement conseillés. Mais là, c’est au plus profond de mon être que je ressens cette sérénité tranquille d’accepter le temps. Waw qu’est ce que c’est reposant ! De déposer les armes.. de sentir que je n’ai pas besoin de forcer, ramer plus fort, souffler dans les voiles quand le vent est mort.. Je sens que les choses avancent dans le sens qui est juste, et émergera de l’Univers ce qui sera juste au bon moment.. j’ai confiance ! Je me laisse portée par le flow de l’Univers, pas lascive, prête à agir, créer, lorsque l’élan sera là, que je le sentirais. Et encore un sentiment de légèreté, de paix qui s’en résulte…
  • Et un déclic sur la vie en solo… Oui vivre seule, en tant que maman séparée… Alors que je suis plutôt partisane de la vie en communauté, en meute, vivre dans un lieu seule n’est pas naturel pour moi.. me retrouver avec moi-même a été longtemps difficile, source de mal être (voire d’angoisse étant plus jeune). C’est pourquoi je tenais à me dépasser en partant plusieurs jours seule me reconstruire (certes une semaine n’est pas un an, mais ma relation au temps est intense, et je vis souvent les choses en accéléré. Une journée pour moi peut être égale à une semaine pour d’autres, selon le rapport au temps et à soi). J’ai appris à trouver la plénitude dans l’instant en me retrouvant avec « moi m’aime ». à trouver la solitude légère.. et à l’enrichir.. grâce aux vibes de la musique… et aux présences subtiles que je ressens autour de moi… à tous les amis merveilleux qui sont présents même à distance… et grâce à ma connexion à mon âme, mon cœur, et donc tout l’Univers, la Vie, la solitude n’est plus égale au néant, au vide…à remplir absolument. Par de la nourriture étant plus jeune, ou un surcroit d’activité, ou de présences… non tous ces plaisirs doivent rester des envies, et non des besoins pour remplir un trou. Une sérénité intérieure se pose, se construit, se densifie autour de cette richesse vibrante de vie que je sens en moi, autour de moi. Même seule. Waw !!! Je suis enfin dans l’acceptation de vivre seule, le temps de me construire, et reconstruire. A affirmer mes couleurs, mes limites, mes univers et mon intégrité.
  • et enfin… déclic sur l’amour… Grande sentimentale, fleur bleue, idéaliste romantique, amoureuse passionnée, en « coup de cœur ambulant » de la Vie, sirène, j’ai placé depuis toute petite la recherche de « l’âme sœur », l’’alter égo » sur un piédestal… le graal… idéalisation, divination… the quête de toute une vie… la recherche de fusion, d’intensité, de passion… jusqu’à expérimenter différentes expériences. Et me perdre dans cette quête de fusion. M’oublier, et oublier le reste de ma vie, mes proches… Apprentissage… Prises de conscience.. Et maintenant recherche d’un 1+1=100000000000 … l’union de deux êtres forts authentiques qui démultiplie les beautés et l’amour… et surtout, déclic que cette relation amoureuse est une source d’amour et de beauté dans ma vie, au même titre que mes relations amicales ou familiales, ou avec moi-même.. et autres sources de bonheur… le « partenaire idéal » ou la « relation idéale » sont descendus de leur piédestal, iconisation, pour entrer dans la ronde des gouttes d’eau d’amour célébrant la vie avec moi (ma fille, ma famille, mes amies-s..). Tous ensemble à danser dans la clairière, au même niveau… en harmonie… en équilibre et en légèreté. Moi forte et ancrée dans mon intégrité et en plénitude.

mellryn2

Ces déclics profonds, poursuivis de plusieurs autres au fil des semaines dessinent de nouvelles fondations en moi. C’est incroyablement puissant et merveilleux, magique et touchant.. Apaisant. Le fruit de nombreuses années de travail sur moi, d’apprentissages par des expériences intenses ou quotidiennes, d’enseignements et partage avec de superbes personnes à mes côtés. Un immense sentiment de gratitude entoure cette évolution. En la vie. En ces êtres lumineux qui me soutiennent. En ces personnes et situations qui me font grandir. En moi qui avance avec foi, entrain et élan.

La Vie est un sentier initiatique permanent.. Certaines périodes sont plus intenses et formatrices que d’autres.. Mais quel joie et bonheur de réaliser le chemin déjà parcouru, les merveilles déjà présentes, et de contempler en paix les rêves et objectifs pour avancer…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s