Mon plus dur juge, c’est moi-même

Quand on me dit « tu es forte », « tu as été courageuse », une part de moi est touchée, sourie, prend un peu de ces encouragements ou reconnaissance, mais une autre bien plus marquée déclare « oui oui mais bien sûr ». On dit cela pour me faire plaisir, car on m’aime bien. Mon mental, mon meilleur juge a parlé.

Mais quand est ce que je suis forte ? D’avoir pris des décisions de mettre fin à des relations qui ne me rendaient pas heureuse ? « de l’égoïsme, de l’ingratitude » d’après certains proches. « de l’insouciance » de quitter mon travail, « ce délire des jeunes de vouloir créer leur rêve, dans une société où tant de chômeurs ont du mal à trouver du travail, tant de précarité… des enfants pourris gâtés quoi, ingrats, et qui n’ont pas les pieds sur terre ». « de doux rêveurs, dans le monde des bisounours », « des fainéants utopistes ». « une force de s’écouter ? tu parles, tu t’écoutes trop. C’est du cinéma. Dès que ça ne va pas, il y a un bobo… quelle faiblesse de ne pas prendre sur soi et maîtriser son corps… » « être incapable de travailler ou vivre dans un lieu non harmonieux, pas en phase avec soi-même, c’est encore une faiblesse.. ne pas réussir à prendre sur soi encore une fois, se faire violence un peu, serrer les dents, se battre quoi ! ». « du courage, vivre seule avec sa fille ? ben voyons, il y a tant de personnes qui vivent ça aujourd’hui », « en plus je ne tiens pas bien ma maison et mon jardin, je suis dépassée et il y a du bazar… alors que tout le monde sait gérer foyer/enfant/travail sans se plaindre ». faiblesse. Mon écoute de l’autre ? une force ? Je l’ai vécu comme une faiblesse lorsque plus jeune, entourée de personnes très sûres d’elles, dans la démonstration, extraverties, je n’arrivais pas à trouver ma place et ma seule manière de créer un lien était d’engager la conversation en posant des questions pour faire parler l’autre ;.. Mais au final, autant c’était une démarche sincère d’attention envers les personnes, autant je le voyais aussi comme le signe de mon incapacité à nouer une relation sociale dans un certain milieu… Une faiblesse sociale, d’une vive douleur pour moi qui aime tant partager, échanger. ET quid de cette générosité, cette imagination ? du « bisounours », de la naïveté, « ce n’est pas sérieux tout cela ». Et la créativité, oser suivre ses rêves ? « du rêve, impossible, il faut travailler pour la retraite, se battre, un métier rentable ». Voyager et découvrir le monde et de nouvelles cultures ? « ce n’est pas sérieux tout cela.. ce n’est pas comme cela que tu vas trouver un travail »…

…L’incompréhension de la société d’aujourd’hui, de certaines générations pour la forte sensibilité de certains et exigence de cohérence avec soi même…

Mais ces marques, blessures de tant d’années de jugements extérieurs forgent un juge intérieur très dur et sévère. Des phrases entendues jeunes qui reviennent régulièrement, qui piquent… Ces couches de pensées, de mots, qui sont comme des carcans, qui conditionnement, rabaissent, brident, et nous éloignent de nous-mêmes et de notre intégrité. De notre authenticité, force et puissance.

On ne peut pas changer le regard des autres, les jugements, le poids de leurs pensées même non verbalisées..

Pierres_MainsMellryn2

Faire la paix en Soi et avec Soi

Il faut alors trouver la paix et la douceur, la validation en soi. Adoucir ce juge intérieur, faire la paix avec. Lui proposer une rencontre pacifique, un « pique nique en clairière » (oui moi ça me fait rêver !) pour discuter. Comprendre de quoi il se protège, de quoi il a peur. Prendre le temps de sentir la douceur de la brise, la beauté des arbres, admirer les papillons voletant autour de nous, savourer les herbes chatouillant nos pieds nus. Mais qui sommes nous finalement ? Souvenons nous de nos différents nous plus jeunes. Quels étaient nos peurs, nos besoins, nos manques, nos sensibilités, nos expériences douloureuses ? Quels étaient nos beautés intérieures, nos ressources, nos talents, nos dons au Monde ? Aujourd’hui plus âgé, qu’avons-nous à dire à nos enfants intérieurs blessés ? Quelle marque de soutien, de tendresse, d’encouragement pouvons nous nous témoigner ? Imaginons câliner, rassurer, mettre en valeur nos belles parts de nous, toujours présentes, et souvent sous estimées, reniées, bafouées. Coupons les interférences avec l’extérieur, pour juste nous voir avec nos propres yeux. Et reconnaître, aimer ce que nous sommes, notre essence, nos couleurs… Aimons nous de l’intérieur en paix, en douceur. Et gardons cet amour fort en nous pour nous-mêmes, quelque soit l’extérieur. C’est notre trésor, notre temple à préserver, protéger, garder. C’est notre caverne aux trésors et miracles à chérir. Et allons visiter régulièrement cette caverne, donnons lui de l’attention, de la douceur, de l’écoute, un profond respect…Faisons fondre ce juge intérieur et ces carcans par un flot d’amour et de douceur pour soi même..

Et écrivons, brûlons, libérons nous de toutes les traces de jugement, de blessures, de rabaissement, et concentrons toute notre attention à partir de cet instant sur nous-mêmes, notre regard pur sur nous. Désormais une nouvelle page s’écrit, avec un profond respect et acceptation de nous même. Moi avec moi. J’accepte d’ouvrir les yeux et de voir qui je suis, sans filtre, sans jugement. J’accepte de me voir à la réelle mesure de ce que je suis, et aussi d’accepter ma propre force, mon courage, ma puissance, sans la ramener à ce qu’en pensent les autres, ou ce qu’ils font de plus ou d’autres. Juste moi avec moi, je prends l’entière conscience de mon souffle unique, majestueux car une manifestation de l’Univers, de la Vie. A honorer à la même hauteur que la Vie elle-même.

Bref, j’apprends à m’aimer ❤

Et je nous le souhaite à toutes et tous ❤

Mellryn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s