Déjà 16 mois, d’expérience parentale intense !

Un élan en moi me pousse à reprendre le clavier, délaissé un long moment, bien occupée par de multiples évènements. L’envie de partager où nous en sommes aujourd’hui sur notre chemin familial, simplement pour témoigner d’une expérience parmi tant d’autres.

Et parce que, même si notre expérience me semble « normale », évidente pour moi, avec le plus de cohérence vis à vis de nous mêmes -mais tout en étant loin d’être parfaite !- je me rends compte que nous sommes pour beaucoup « en marge » de la norme. Et cela n’est pas toujours facile ! Mais je sais aussi que nous sommes nombreux « en marge », à vivre « un autre monde », le monde de demain il me semble, où les valeurs et le rythme, les repères sont différents « de la majorité ». Et que parfois on peut se sentir seul, perturbé par les différences, remarques, questions, critiques, commentaires, et qu’il est toujours bon de rencontrer d’autres « extraterrestres » 😉 Alors c’est pour vous que j’écris, pour que chacun qui évolue sur le chemin de son cœur et qui en vient à perdre parfois confiance, à douter, retrouve son assurance et sa foi pour continuer. J’écris pour vous, en témoignant simplement de notre vie à nous, de mes choix assumés au nom de la Vie, ici dans mon expérience de maman « famille d’accueil » d’une âme pleine de joie qu’on souhaite simplement préserver. J’écris avec mon cœur, en ne cachant pas que nous ne sommes pas parfaits, nous sommes en évolution, en questionnement, en recherche, et c’est bien aussi pour cela que nous sommes ici sur Terre ! Et si jamais ces mots parlent à d’autres, qui ne sont pas encore sur ce chemin, mais qui sentent quelque chose en eux réagir, se réveiller, ce serait un immense bonheur ! Car voilà, l’idée est bien le partage, en toute bienveillance, quelque soit le rythme de chacun, pour avancer ensemble, en se soutenant et s’encourageant !

Alors aujourd’hui je souhaite évoquer où nous en sommes dans l’accompagnement de Petit Soleil qui approche les 16 mois. Déjà, depuis le passage des 13 mois, nous sentons une grande différence de maturité, Petit Soleil qui marche apprécie grandement son autonomie dans les déplacements. Cela lui enlève une grande source de frustrations, on le ressent fortement. Et la motricité, se déplacer, bouger, déplacer les objets, toucher sont ses priorités depuis. Elle est en « mouvement perpétuel ». Elle ne se pose pas assise à « jouer », enfin à découvrir ou expérimenter quelque chose tranquillement. Tout se fait debout, et si possible en mouvement, y compris dans le bain ou pour le goûter. Alors on place beaucoup de choses à sa hauteur, elle amène des objets sur le canapé, les tables basses… et elle ne veut pas « perdre de temps », chaque instant doit être utile, même quand on change sa couche, elle doit avoir un objet ou quelque chose à utiliser. C’est le cas depuis sa naissance, sauf que lorsqu’on est un nourrisson, c’est difficile à s’occuper par soi-même. Maintenant elle est plus calme lors des changes et habillage car elle peut s’occuper seule, et elle participe de plus en plus aux tâches. Cette volonté « de ne pas perdre de temps » se retrouve énormément (« dramatiquement » pour nous, parents…) dans la résistance à se laisser aller (impossible de faire un massage depuis la naissance, elle ne supporte pas de rester sur le dos à ne rien faire. Impossible de lire une histoire assis, elle va rester 2 minutes pour partir et bouger autour, et tourner les pages en avant et en arrière) et surtout à s’endormir…

  • Le sommeil

Ahh le sommeil… une grande difficulté pour nous, un mystère quotidien… A 16 mois, pour réussir à l’endormir sereinement, nous avons chacun nos techniques. Son papa l’endort en la berçant dans les bras, dans la chambre dans le noir, et bien souvent elle résiste quelques minutes, ne voulant pas s’endormir, ou alors trop fatiguée, ne réussissant plus à gérer son énergie et sa fatigue. Je ne reviendrais pas dans cet article sur tous nos essais pour l’endormir autrement, je les ai déjà évoqués dans un autre texte, et nous faisons bien évidemment les rituels du soir et toutes les solutions bienveillantes trouvées depuis plus de 16 mois que nous nous renseignons… Alors nous avons fini par nous adapter A ELLE, et son rythme, en trouvant la solution la plus douce pour elle et la plus reposante pour nous. Son papa la berce. Et moi je l’endors avec la tétée ou en la berçant le soir, et en journée pour les siestes c’est dans l’écharpe ou le porte bébé (en balade ou pendant la cuisine, rangement, écriture d’articles;-) , etc.), ou la voiture. Et les siestes ont toujours été courtes, 20 minutes pendant un an, et depuis cet été, elle dort 30 minutes jusqu’à une heure. Le matin, et l’après midi en général, selon notre quotidien, car il n’y a pas de rythme, d’horaires fixes. J’ai bien essayé, mais c’est déjà antinaturel chez moi d’imposer un rythme, je ne regarde ni l’heure ni aime les contraintes et cadres de ce type. Et il semble que Petit Soleil soit du même avis. Alors nous naviguons au grès du vent, et aux premiers signes de fatigue (en ayant aussi un œil sur l’heure quand même pour avoir des repères) nous lui proposons un dodo. Chaque journée est donc différente, et ce rythme nous pousse à être d’autant plus attentifs et connectés à elle pour sentir où elle en est, pour s’adapter à ses besoins. Idem pour les repas. Enfin, en parlant de dodo et de repas, une petite info au passage, elle ne fait toujours pas ses nuits, oui oui. Elle se réveille encore au minimum 2 fois (coucher en général entre 21h et 22h, selon son rythme, et lever vers 8h si je ne travaille pas ou vers 6h30 si je travaille). En général elle se réveille 3 fois, ou plus aussi (nous avons des passages sur une semaine environ où elle se réveille toutes les heures… dur dur!!). Alors après avoir aussi essayé plusieurs techniques douces, nous avons lâcher prise et nous sommes recentrés sur nous, nos besoins (dormir le plus possible) et nos intentions pour notre enfant (qu’elle dorme sereinement, en confiance, et ai un rapport sain avec le sommeil). Nous avons du coup continué sans plus douter ni nous poser de questions sur le co-dodo et les tétées nocturnes. Cela nous réussit très bien, depuis, nous sommes bien plus reposés et apaisés ! Et nous veillons à nous préserver des moments d’intimité autrement, ce qui est d’autant plus facile que nous sommes plus reposés et sereins. D’ailleurs, j’apprécie aussi ce moment de dodo en meute, ensemble en famille, et j’en profite car je sais que c’est temporaire. Nous avons investis dans un grand lit simple, entre le mur et notre lit, ainsi elle a son propre espace -on a encore le petit lit à barreau dans notre chambre, utile parfois-, mais il est facile de la rendormir en la collant contre moi pour la tétée ou pour un câlin. Elle vient souvent se coller contre moi dans la nuit, ou contre les murs, un oreiller, car elle a besoin de se sentir entourée. Je veille avec attention à la qualité de son environnement de sommeil, remarquant qu’il pouvait être facilement perturbé par de multiples paramètres. J’ai ainsi constaté par exemple que lorsque je reviens de lieu très chargés négativement en énergie (par exemple l’hôpital, où j’ai du faire plusieurs visites suite à un problème de santé récent, qui est guéri maintenant) , elle va enchainer plusieurs nuits avec des réveils toutes les heures. J’ai cru que c’était les dents, ou des problèmes de digestion, et on a essayé de la soulager (en arrêtant toutes les deux certains aliments par exemple). Mais rien n’était efficace. Puis j’ai eu l’intuition des « cauchemars », et ai repensé à mes visites à l’hôpital. J’ai alors fait ce que je n’avais pas bien fait avant, pourtant ce sont des pratiques énergétiques que j’utilise fréquemment dans certaines circonstances. Je me suis nettoyée énergétiquement pour me libérer des énergies négatives, entités etc. que j’aurais pu ramener de l’hôpital (qui est un lieu bien chargé ! Et j’y suis très sensible, je me protège à ma façon en y allant pour me sentir bien, mais ai oublié de me nettoyer ensuite). Puis j’ai nettoyé la chambre. Et elle a bien dormi cette nuit, puis les suivantes. Jusqu’à ma prochaine visite à l’hôpital, où idem j’ai veillé à me préparer avant d’y aller en me protégeant énergétiquement, et zappant l’étape postérieure de nettoyage et rebelote plusieurs nuits de réveils toutes les heures. Alors j’ai refait les nettoyages et cela a été à nouveau directement efficace. Pourquoi je ne l’ai pas fait avant ? Car j’apprends par l’expérience ! Et cette année, j’apprends beaucoup des énergies négatives, par ces cas concrets. Et le résultat parle. Rien n’est figé dans le marbre, on continue l’exploration, c’est une longue route d’apprentissage, quotidien, de lectures, recherches, remises en questions, expérimentation, écoute de son intuition etc. et ma fille me guide et m’apprend aussi sur ce chemin, en cassant les « codes et dogmes », tout comme un tas de rencontres et « coïncidences ». On casse les murs qui cloisonnent, qui sont des œillères pour la Conscience, afin d’aller vers l’écoute de son cœur, de son intuition, de son « Âme » pour une vie en cohérence avec ce qu’on Est.

C’est vraiment un apprentissage quotidien, une attention de chaque jour ! Chaque jour est vécu en conscience, à l’écoute de moi-même, et des signes de la Vie. Et en 16 mois, quel bond ! Quelle évolution ! Je le ressens en moi, dans tous mon corps et cela se traduit dans ma réalité, dans ma vie et mes relations, expériences qui se transforment. Pas toujours en douceur ! Il y a aussi toujours des hauts et des bas, et des moments réellement éprouvants (physiquement comme émotionnellement). Et il est bon d’être entouré à ce moment là. Ou de voir le merveilleux sourire plein de joie et d’amour de sa fille, de cette « Amie ».

  • Alimentation

Pour en revenir au sujet de base, même si on vient de toucher l’essentiel:-)

Question alimentation, elle est toujours allaitée à la demande et le lait maternel reste une part importante de sa ration, en respectant son rythme encore (pas d’horaire ni de nombre limité). Je tire le lait au travail pour en donner à la nounou, chez qui finalement elle boit peu et se rattrape le soir (et sans doute la nuit aussi..). Elle mange beaucoup de purées de légumes/féculents et de compotes de fruits, tout en bio, et c’est encore difficile quand il y a des morceaux. Je suis végétarienne « en évolution » et en « transition » donc ne suis pas encore hyper calée sur les nouvelles recettes (vegan et sans gluten), et complémente mon alimentation (Vitamine B12 notamment). Je n’impose pas à Petit Soleil ni mon choix ni la viande, comme le reste, cela viendra d’elle si elle veut en manger. Pour l’instant, quand d’autres personnes lui en proposent, cela ne l’intéresse pas. Pour la diversification nous nous sommes inspirés de la Diversification Menée par l’Enfant (DME), pour lui proposer ce que nous mangeons en purée puis en morceaux (ce n’était donc pas une DME véritable). Elle peut toucher, expérimenter, gouter à sa guise, et mange autant qu’elle veut, en ayant son assiette et ses couverts. Nous ne forçons jamais de finir ou de manger plus d’un aliment. Parfois elle mange peu le midi, et se rattrape le soir, ou il peut y avoir quelques jours de « diète » et elle remange ensuite normalement. La seule chose que je canalise, ce sont les aliments addictifs, pour lesquels son réflexe instinctif me semble biaisé comme pour nous, avec par exemple le pain, le chocolat… et puis, elle profite aussi de notre mode d’alimentation majoritairement bio, sans sucre blanc, farines blanches, sans lait et très peu de produits laitiers (il reste dans notre frigo seulement des fromages de chèvres bio et quelques yaourts pour mon compagnon) et seulement de l’eau, pas de sodas… Aujourd’hui on s’adapte, lui proposant de ce qu’on mange et des purées qu’elle mange déjà, elle prend vraiment son temps pour découvrir de nouveaux aliments, nous ne sommes pas « en avance » ni dans les « temps », mais peu importe, j’ai confiance et lui fait confiance, tout en veillant. Mon baromètre est son état de santé et de bien être, et il indique la joie, la santé et une croissance harmonieuse, donc pour l’instant on continue ainsi.

  • Santé

En parlant de santé, elle « pète le feu », elle est pleine de vie, de joie, et en 16 mois n’a déclaré qu’une petite otite 2-3 jours et 2-3 jours cumulés au total de « rhume » avec nez qui coule et toux, et de l’eczéma sur les joues (parti grâce à l’huile d’onagre ou rien du tout). En dehors des « coliques du nourrisson » des 3 premiers mois, elle a depuis fait preuve d’une santé incroyable. On fait tout pour, en étant nous mêmes dans un état plutôt serein et positif, favorisant les méthodes naturelles pour les bobos et problèmes de santé, et nous ne la coupons pas du monde. Notre maison ni ses équipements ne sont pas aseptisés. Elle est encore allaitée, mange des produits sains et n’a encore pas reçu de vaccins. Elle passe beaucoup de temps dehors, quelque soient les conditions météo (comme le dit le dicton norvégien, « il n’y a pas de mauvais temps, seulement de mauvais équipements! »), dans la forêt, le jardin, à crapahuter, toucher à tout… A trainer dans le dodo du chien, à se faire lécher, à le câliner.. on stimule le système immunitaire quoi !

En parlant d’être dehors…

p1040406

  • La Nature !

Depuis toute petite, sa première grande sortie en forêt en écharpe datant de ses 10 jours, nous passons beaucoup de temps dehors, dans le jardin, la forêt, le quartier. A bouger, librement, sans se soucier de la propreté de nos affaires. C’est la priorité. Le matin, à n’importe quel moment de la journée, on essaie d’être le plus possible dehors. Au retour de mon travail, après l’avoir récupérée chez sa nounou, fait le câlin-tétée, hop direction le jardin, la rue, la découverte dehors. A aller cueillir et déguster goulument des framboises, des mûres, à caresser le chien, à jouer à la balançoire ou simplement explorer le jardin. Quand on a plus le temps, lors des soirées d’été où le soleil se couche tard, le weekend, mes journées non travaillées, on file en forêt, ou dans d’autres endroits naturels, où on peut se rafraichir les idées, toucher à tout, écouter les oiseaux, regarder les scarabées, ramasser les glands ou les cailloux. Lors des journées douces nous profitons d’être beaucoup pieds nus, et elle semble beaucoup aimer aussi. Je partage avec elle ma propre relation avec la nature, saluer la forêt à notre arrivée, faire des câlins aux arbres, ressentir des présences des peuples invisibles et leur parler… Et puis jouer, courir, se cacher, creuser dans la terre, sauter dans les flaques, crier et chanter, tournicoter et danser !

Nous allons plusieurs fois par semaines marcher en forêt (nous habitons juste à côté …), au début elle en profitait pour faire ses siestes, mais maintenant elle veut marcher, toucher… On ne s’habille donc pas en habit du dimanche, mais avec des vêtements et chaussures ne craignant rien, comme tous les jours d’ailleurs ! Je prête beaucoup d’attention à lui proposer des vêtements dans lesquels elle se sente à l’aise et puisse bouger librement. Oui librement, liberté, sont des mots importants chez nous !

  • Éducation

Un modèle éducatif ? Quel modèle ? Il n’y en a pas, seulement des sources d’inspiration, et une connexion à notre cœur, notre âme, notre conscience pour chaque décision, choix…

J’ai pioché des inspirations et me retrouve dans ce qu’on appelle l’éducation bienveillante, le maternage, la motricité libre, les idées de Maria Montessori, les théories de Gueguen, Filliozat, Faber et Mazlish, l’éducation consciente,la parentalité positive, les partages d’expériences de Marie-Françoise Neveu et bien encore d’autres. Cela a ouvert des horizons, réveillé des savoirs ou pressentiments en moi, et surtout m’a confirmé dans mon intuition et ma vision. Je suis ouverte aux échanges, aux partages d’autres parents, aux lectures et apprentissages, car je suis en cheminement en permanence, avançant de découvertes en remises en question. Mais avant tout, ou après tout, je me fie de plus en plus à mon intuition, à ma voix intérieure, à mon Âme pour agir, prendre des décisions et me guider au quotidien. Tout en étant à l’écoute, attentive et connectée à ma fille, son état, ses besoins, ce qu’elle veut communiquer directement ou indirectement. Pas de place pour les grands principes, ou réflexes ou pire encore les peurs anticipées du futur (« attention, si elle fait ça elle va tomber. Elle va être malade.. elle va devenir capricieuse / collée à toi… »), que je cherche à déconditionner, déconstruire, pour ne garder qu’une présence entière dans le moment présent et la relation à l’autre, à cette enfant, à cette Âme incarnée. Il me faut un travail intérieur pour sentir quelles règles de vie sont justes, ou non, pour qu’elles aient un sens pour moi. Je ne peux dire « non » par principe, déjà par rapport à moi, il faut que cela ait un sens. Et je sais bien que si je lui impose une règle qui est un non-sens pour moi, avec sa sensibilité comme de nombreux enfants elle le sentira bien et me fera comprendre mon incohérence, ce qui ne lui donnera pas envie de la respecter ou de me faire confiance. Pour l’instant le « cadre » vaut pour les règles de sécurité (ne pas toucher les plaques, de l’eau bouillante, le poêle, les prises, traverser la route sans regarder…), le respect de la vie ou des autres (ne pas écraser cet insecte ! Ou attraper trop brutalement cet animal, ou cette plante. Respecter les lieux et le matériel des autres…) ou du matériel (jeter du verre, …) et son intégrité (pas de télé sauf indirectement avec nous le peu que nous regardons, pas de tablette, ,…), et la politesse. Il y a donc des « non », mais expliqués, répétés, et autant que possible présentés de manière le plus simple possible, en montrant ce qu’on attend (« le chien préfère qu’on le caresse doucement, comme cela »), en parlant souvent généralement avec « on » (je préfère que « tu » « fais pas ça », « tu dois »….et selon les situations évidemment) et sans agressivité ni émotions ni ton infantilisant, de façon la plus calme et neutre. En fait, j’essaie toujours d’être consciente que je parle à une Âme n’ayant pas l’âge de ce petit enfant que je vois, et que je considère comme une amie. Je lui parle d’ailleurs tout à fait normalement, depuis toujours. Chaque nouvelle règle, la situation évoluant avec son développement d’autonomie, ses nouvelles découvertes, est réfléchie en écoutant mon ressenti intérieur, mon Âme, et évidemment en dialogue permanent avec mon compagnon son papa pour une cohérence dans notre famille. Ouvrir les placards ? Pourquoi non, c’est aussi chez elle ici, quel est le problème de fond à ouvrir un placard  ? Oui, mais à condition de « laisser à leur place les objets en verre, trop fragiles et qui cassent facilement ». Il y a eu de la casse, il y en aura encore, mais je poursuis car elle apprend, elle sait faire la différence et se montre le plus souvent coopérative en ne prenant que les autres objets. J’ai confiance en elle. Et la casse, maintenant elle apprend à « réparer », en nettoyant avec moi comme elle adore reproduire nos actes, et se responsabilise progressivement. Je sais qu’elle peut faire la différence et comprendre le sens de certaines règles, et ainsi les respecter d’elle même, par compréhension et non par contrainte ou soumission. En fait, j’applique dans mon accompagnement parental des réflexions que je me fais à moi-même, car il ne s’agit pas pour moi d’une hiérarchie avec supériorité de savoir, mais d’une relation horizontale entre personnes. J’estime simplement avoir plus d’expérience sur Terre dans cette vie-ci (et pouvoir donc la familiariser avec le fonctionnement de la Terre) et être responsable de sa sécurité. Ces règles là sont donc fermes, et je lui explique que je me sens responsable d’elle pour le moment, jusqu’à ce qu’elle ait suffisamment d’expériences pour l’être pour elle-même.

On peut donc dire que notre accompagnement est avant tout intuitif, en connexion avec notre Âme, mais est aussi très imprégné d’humour et de jeux ! Nous ne nous prenons pas au sérieux, ni en tant qu’adules ni en tant que parents. Nous rigolons de nous mêmes, jouons, mimons, chantons et dansons en liberté. Son papa est aussi très rieur et aimant l’humour, ce qui permet d’improviser de nombreux jeux, spectacles mais aussi de dédramatiser de nombreuses situations ! On passe donc beaucoup de temps à rire !

Quand je lis ce que j’écris, j’ai l’impression de décrire une famille où tout est facile, sans problèmes ni tensions. Bien sûr que non, nous avons des moments difficiles, et en avons eu beaucoup dans les premiers mois où la joie n’était pas vraiment présente, mais la situation s’améliore de plus en plus avec son développement d’autonomie et avec davantage de lâcher prise et de légèreté pour faire les choses à notre façon en écoutant notre cœur. Il y a encore régulièrement des moments où les nerfs sont mis à l’épreuve (manque de sommeil, cris et hurlements, besoin d’attentions quand on a besoin de faire des choses « importantes »…), où nous sommes épuisés par nos multiples engagements, les besoins intenses de Petit Soleil, où nous nous sentons dépassés, découragés, et nous demandons quelle attitude avoir. Des moments où je n’ai pas la patience de supporter ses cris et son impatience car elle est fatiguée et que j’ai dû mal à l’endormir en journée, alors que je suis moi-même épuisée. Alors là, on stop, on se pose, on se calme, on respire profondément, on se parle et on voit comment agir ensuite. On se centre pour sentir ce que nous ressentons, nos propres besoins, et nos limites. Et là j’explique à Petit Soleil « je suis trop épuisée pour continuer à te bercer, tant pis, on va faire autre chose pour le moment, on va gérer ta sieste plus tard, on va se calmer avant. Tu vois là je m’énerve, je m’agace, car c’est trop pour moi. Ce n’est pas ta faute, je ne suis pas en colère contre toi, mais contre la situation, j’ai besoin de respecter mes besoins également ». J’ai appris à écouter et respecter mon corps, mes besoins, et à les exprimer. Je souhaite lui montrer aussi comme cela combien il est important de se respecter soi-même, et d’exprimer ses émotions pour s’en libérer et les évacuer. Nous mettons ainsi en place beaucoup de techniques quotidiennes pour gérer les émotions de chacun, avec une grande place à l’écoute, au dialogue, et au calme, sorties en forêt, danse, chant… Mon intention est que tout puisse être dit et accompagné.

Et où tout cela nous mène pour l’instant ?

soleil_du_mont-blanc

  • Son bien être

Quand on me demande comment va ma fille, je réponds toujours « elle est pleine de vie, de joie, c’est un vrai rayon de soleil ». Parce que c’est vrai ! Évidemment qu’il y a des moments difficiles (le paragraphe sur le sommeil en est un…), mais cela ne change pas ce qu’elle Est et rayonne. Elle est comme tous les enfants, dans le moment présent, entière. Et dans son regard, on voit toute l’intensité de sa présence, de son âme. Cette intensité du regard en permanence nous a touché depuis sa naissance, et notre entourage en est marqué, par son intensité, son « éveil », et son expression. Et surtout, elle rayonne de joie, elle dévore la vie à pleine dent, avec une soif de découverte, d’expérimentation. Elle s’éclate, rigole, raconte un tas de choses que nous ne comprenons pas encore. Et est très sociale, fait des rencontres et crée un contact avec des personnes à chacune de nos sorties. Mais elle peut aussi en éviter certaines, en fonction des vibrations qu’elles dégagent. J’ai clairement pu observer qu’elle accorde une certaine confiance en fonction de l’harmonie ou éveil des personnes. Elle ressent très fortement ce que Sont les personnes, en les scannant du regard (dans la rue, elle se promène et peut restée plantée devant quelqu’un en la fixant du regard longuement sans bouger, c’est le « scanner » interne, puis lui racontant quelque chose). Et elle reconnaît aussi les personnes de sa « famille d’âme » ou de vibrations similaires. Elle a ainsi fait des câlins d’âme à âme, du cœur, avec certaines personnes émues par l’intensité de ce geste. C’est impressionnant, et même en étant à côté d’eux, je ressens toute la force de cette rencontre d’âme à âme. Nous échangeons aussi régulièrement ce niveau de câlins et échanges, qui sont de vrais baumes au cœur !

Alors autant nous sommes très proches, de part l’allaitement, le cododo, mon mi-temps (par choix de vie), notre relation d’âme à âme, mais loin de devenir une enfant « collée à moi » comme certains redoutaient, elle est réellement tournée vers l’extérieur, le monde, la découverte. Tout en ayant un besoin de sécurité important par moment (le cododo, des câlins, le portage…) que je ne lui refuse jamais et lui accorde avec toute ma présence. C’est une enfant « jokari » comme j’en souris, pour aller loin elle a besoin de revenir vers ses repères de confiance, ses « ancres » que nous sommes pour l’instant pour elle tant qu’elle découvre la Terre et se fait de nouveaux repères. Nous accueillons ce besoin et y répondons avec fluidité, spontanéité et cœur. De même, étant très expressive, dans un sens ou dans l’autre, nous accueillons également ses expressions moins « agréables » , comme ses cris de frustrations, sa colère, ses larmes, sans lui demander de les refouler. Nous lui permettons d’exprimer toutes ses émotions, en étant présents, à son écoute et sans la juger, la critiquer ou la sermonner. A partir d’un moment -plus ou moins long selon la situation et en étant à l’écoute de notre intuition, à l’écoute d’elle et de nous- où nous sentons qu’elle a besoin d’aide pour gérer et transmuter son émotion, nous lui détournons l’attention, lui faisons un câlin, ou la contenons. Puis lui expliquons après ce qu’il s’est passé si cela est nécessaire. Mais ces moments sont moins fréquents, et sont souvent symptomatiques d’un besoin (sommeil, faim, …) ou de désagréments (dents…). La majeure partie du temps, elle rayonne de joie et de sourire, est dans l’interaction. On passe ainsi beaucoup de temps ensemble, elle aime tellement découvrir de nouvelles choses en reproduisant nos gestes pour s’habiller, se laver, faire la cuisine, rentrer le bois, ramasser les fruits et légumes..

En fait, c’est une enfant aujourd’hui épanouie, éveillée, curieuse, pleine de vie et de santé, de joie, un vrai « clown », et pleine d’amour, ouverte sur les autres et faisant preuve d’empathie.

C’est ce qu’on nous dit souvent et constatons de façon neutre. Et je ne tarie pas de commentaires positifs, par honnêteté et non pas par fierté. Je ne suis pas en recherche de succès ou de réussite pour ma fille, je vise son bonheur et son épanouissement, son développement sans entrave en respectant ce qu’elle Est, son essence, son Âme. Je suis heureuse de voir et de vivre quotidiennement son évolution. Ce qu’elle Est aujourd’hui, c’est elle même, ce n’est pas notre « création ». Notre implication réside pour moi seulement dans la volonté et le fait de ne pas lui avoir mis d’obstacles à son développement ni de l’avoir limitée, censurée, réduite dans son déploiement, tout en respectant et reconnaissant sa sensibilité et ce qu’elle Est. Ce n’est pas tous les jours faciles, ce type de relation « intense » demande beaucoup d’énergie, d’attention, de patience, d’empathie, mais nous apprenons et progressons en avançant par nos intentions, nos expérimentations et aussi par les remises en questions, fondamentales !

Voilà, à 16 mois, c’est une enfant simplement, une jeune Âme incarnée encore reliée à la Vie, pleine de Joie, comme nous pourrions tous l’être lorsque nous gardons intacte cette connexion à notre Âme, à la Vie. Ma mission auprès d’elle est de lui apporter de l’amour, de la sécurité et de tout faire pour qu’elle préserve cette connexion à son Âme ! Et c’est une tâche ardue dans notre société d’aujourd’hui, mais d’autant plus nécessaire pour avancer vers le monde de demain plus harmonieux !

Publicités

2 réflexions sur “Déjà 16 mois, d’expérience parentale intense !

  1. Pautard dit :

    Merci Mélanie, merci encore pour la beauté de tes paroles. Ton petit soleil ressemble tellement au mien que j’espère un jour voir leur rencontre. Merci pour ouvrir ton cœur et ta vie à nous. Juste aujourd’hui, au moment précis quand on ressent la difficulté d’une société renfermé dans des normes cadrés, je pense que par manque de soleil dans leurs vies. Pablo aussi nous montre la beauté de la vie chaque instant. Et c’est cette ressemblence qui nous rapproche et que seulement nos enfants et nous arrivons à comprendre. De la difficulté avec Esteban encore et beaucoup de choses personnelles encore à travailler mais mieux dans ma peau et mon corps. Je suis contente de savoir que tu vas mieux et tu t’es rétablie. Bises de nous trois.

    J'aime

    • Mélanie ° Onde de Vie dit :

      Merci Maribell pour tes mots si beaux et touchants! Je suis émue par ton message. En effet, ce genre d’expérience est parfois difficile à comprendre lorsqu’on ne la vit pas, mais tous peuvent imaginer quand même ce que la joie et la sensation d’être en cohérence avec soi-même, avec la Vie peuvent créer comme sensations en soi! Avec ces enfants, et ce choix d’engagement, la vie est intense, bouleversante, éprouvante, mais au combien vivante, vibrante, joyeuse! Une sacrée danse ensemble 🙂 Je pense avec un immense sourire et la joie au coeur de ce moment où nous nous rencontrerons tous, car ce moment je pense viendra 😉 Merci encore de tout coeur pour tes mots, la suite en mp 🙂 Belle aventure à vous!!! Bises

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s